vendredi 7 mars 2008

Bowmore et Shui Xian

Un soir froid où la tempête hivernale prévue devrait nous apporter une quinzaine de centimètres supplémentaires et augmenter notre total annuel ayant déjà dépassé les 300 cm cet hiver. Bien au chaud, seul, j'ai consulté les astres. Le mariage étant arrangé, le dragon noir et le monstre du Loch Ness se sont accouplés. Ce sont bien sûr des expériences, simplement par pur plaisir. Mais là, c'était vraiment divin.

SHUI XIAN 3 (M3T): Merci encore à Flo, que je salue amicalement en passant, pour l'échantillon de ce wulong noir que je connaissais sous des versions plus torréfiées (CS).
Couleur: Beau ambré éclatant.
Palette aromatique: Boisé: écorce, noisette, céréale grillée (blé), chicorée, champignons shitake. Fruité: Raisin sec, datte. Notes salées-iodées/sucrées. Épaisseur légère à moyenne. Infusions assez corsées, 4 grammes en zhong, 40-40-90 secondes, 95C.

BOWMORE 12 ans, Islay, 40%:
Couleur: Or cuivré
Nez: Fraîcheur d'agrume (fleur de citronnier?), citron confit, lavande. Effluves sucrées. Notes plus lourdes et boisées en fondu: papier, topinambour.
Texture: Épaisse et grasse (huile de lin). Superbement ample mais fine.
Bouche: L'effet en bouche est vraiment intéressant: les goûts prennent un moment à arriver, rien ne se presse. Le gras bien en place sur la langue, les notes boisées (bois coupé et champignon frais) arrivent et partent en un éclair pour laisser le fruit (orange douce confite) puis la fleur (grasse et sucrée: cactus?) s'épanouir doucement. L'arachide grillée se présente ensuite en fondu vers le chocolat noir et la fumée légère qui continueront jusqu'à la toute fin comme arrière-plan à la tourbe, la viande (saucisson fumé aux noix) et la tourbe qui revient pour conclure.
Remarques: Équilibré, assez complexe. La fumée est présente mais n'envahit pas trop. J'adore que le fruit, la fleur et le boisé se fonde chacun à leur tour comme une danse lente et suave. Très bonne bouteille.

ASSOCIATION: La tartine de Nutella! Noisette et chocolat, c'est frappant. La synergie créait aussi une finale sucrée de racine de guimauve ou de réglisse. C'était un mariage des plus heureux, le meilleur jusqu'à maintenant. 

J'apprends à goûter le thé d'abord, humer seulement le scotch le temps de la première infusion pour imprégner mon palais des arômes et saveurs du thé, puis ensuite goûter l'alcool puissamment aromatique. C'est jusqu'à maintenant la meilleure technique que j'ai pu trouver afin que chacun puisse s'exprimer et se rencontrer au milieu.

13 commentaires:

lionel a dit…

Waouh ! SUPERBE BLOG SACHA ! Tu réunis là 2 de mes amours aussi...
Je n'ai jamais fait de dégustation simultannée de ces 2 fameux breuvages...
Le whisky n'empiète pas trop sur les empreintes laissées par le thé ? Comment fais-tu ? Où trouves-tu la tartine de nutella ? c'est ce qui te reste en bouche une fois que tu as dégusté le shui xian puis le bowmore ?
Et quel talent pour decrire les notes que tu trouves dans le scotch ! je ne 'ai jamais réussi a aller tres loin dans la caracterisation des differentes composantes d'un whiky...

Voilà pour qq premieres impressions...Je vais prendre le temps de lire les posts precedents et c'est sûr, je reviendrai vite !
Ce soir je vais siroter un Glenmorangie à la santé de "Scotchthé" !

SACHA a dit…

Merci Lionel, c'est très encourageant de savoir que d'autres dégustateurs de thé aiment aussi le scotch! On pourra échanger alors! ;)

J'en suis encore au point de l'expérimentation. Au fur et à mesure que je découvre les différents terroirs d'Écosse, j'essaye de trouver les scotchs qui se marieraient bien avec certains thés.

La technique n'est pas encore parfaite pour bien associer les deux sans que le scotch "n'empiète pas trop sur les empreintes laissées par le thé". J'infuse d'abord le thé bien corsé, sans perte d'équilibre tout de même, et je laisse ma bouche bien s'en imprégner. À ce moment là je n'en suis encore qu'à humer le verre. Entre le nez et la bouche, ça échange déjà. Puis, quand je sens que le thé est bien stabilisé dans mes perceptions, je prend un peu de whisky avec le bout de mes lèvres (quelques gouttes seulement). Je l'amène alors sur ma langue et c'est là que la symbiose se crée.

Le nutella est apparu dans toute sa surprise lorsqu'après avoir fini mon verre de Bowmore, je me suis refait un zhong de Shui Xian. Tout seul, sucré de sa 4ème infusion, il a rencontré ma langue abondamment tapissée de la finale amère de chocolat et de tourbe. J'ai même vu dans ma tête le pot sur la terrasse du gîte que moi et Klémentine avions loué dans les Alpes en septembre! (la dernière fois que j'ai mangé du Nutella! :P ))

Au plaisir de connaître tes expériences! À ta santé et à celle de ton blog!

flo a dit…

avec les Rou Gui ce devrait être assez intéressant aussi

--et les DC (la gamme Bai Ye par exemple)

et peut-être aussi certains thés rouges

enfin je dis ça vraiment au pif, je n'y connais rien en scotch... ce qui ne va pas m'empêcher de lire régulièrement :)

Raphael a dit…

J'ai fait une dégustation croisée thé/whisky, une fois. c'était intéressant.
Je pensais que le whisky allait écraser le thé.
Ce fut presque l'inverse, en fait.
Il y avait un Dan Cong et un thé rouge face à deux cuvées de Balvenie.
Comment dégustes-tu le whisky:
d'abord sec puis troublé à l'eau de source ?
On dit que l'idéal est de se procurer de l'eau de la même source que celle qui a servi à fabriquer le scotch.

SACHA a dit…

Flo,
Tout à fait, ma prochaine expérience prévue était entre un Dan Cong (Mi Lan Xian, je n'ai que celui là) et un scotch mielleux et légèrement sucré. Et pour les rouges, sois certaine que parmi le reste des échantillons que tu m'as envoyé au moins un fera partie d'une dégustation associée sous peu... ;)
Merci pour les suggestions! Au plaisir de te lire ici souvent!

SACHA a dit…

Raphael,
Est-ce que les 2 thés de ta dégustation étaient spécialement fortement infusés pour arriver à défier le scotch? Ou l'alcool était-il dilué...? Peut-être que ce serait là la solution...

J'en suis encore à prendre mon scotch "straight", sans eau. Je sais que dans un "cask strenght" à 60 degrés une ou deux gouttes d'eau de source peut venir ouvrir la boisson très alcoolisée mais pour l'instant j'aime le côté liquoreux et enveloppant non dilué.
Lu Yu serait fier des Écossais qui suggèrent pareille eau de dilution. Pour moi, faut quand même pas que ça commence à trop compliqué... Sinon mieux vaut boire du thé!

flo a dit…

ah, par exemple un ZSXZ 1 très "fort" : 4g en zhong de 10cl / infusion 20s (pas la peine à mon avis de pousser le temps pour faire "fort", c'est plus le rapport feuilles/eau qui décide). ça peut te parler pour une dégustation en duo thé/scotch. Mais il faut aussi l'avoir dosé plus raisonnablement pour avoir en mémoire la cascade gustative, parce qu'avec ce dosage il y a des brutalités, ça n'exprime pas l'essence de ce thé --c'est une variante intéressante, qui scotche.

Raphael a dit…

Non, pas trop infusés.
Un Dan Cong assez simple face à un scotch 10 ans d'age et un rouge sur l'autre whisky, un peu plus agé, je crois.

SACHA a dit…

@ Flo et Raphael

Vous avez raison, après une dégustation hier soir avec un de mes amis d'un pu erh sheng et d'un wulong peu oxydé avec deux scotchs tout de même costauds, la surinfusion du thé n'est pas nécessaire. Trois ou quatre gong fu cha d'abord, le thé est pleinement en bouche. Arrive ensuite le scotch, nez, bouche. Après un moment ou la longueur se calme, on remet ça avec le thé et là: fusion sur la langue, car le scotch qui semblait parti revient!

Comme quoi il n'y a pas une méthode précise mais, je vous l'accorde, faire honneur au thé en lui tirant des infusions "parfaites" et équilibrées est indispensable. Chacune des liqueurs à leur meilleur.

SACHA a dit…

Petit changement de titre en passant... Si vous avez d'autres idées je suis ouvert à vos suggestions.

flo a dit…

Le nouveau titre est parfait, très joueur. Garde-le !

SACHA a dit…

Ok! Merci Flo! ;)
Sinon, j'avais aussi pensé à "Tourbe et Dragon"...

Guillaume a dit…

J'avais pensé à d'autres titres:
"Highlands first flush"
"Scotch and more"
"Scotch (in)fusion"
Moi je préfère "Tourbe et Dragon" que "Chardons et dragons". A voir...